Bilan OpenData, collectivités, entreprises et développeurs

Depuis bientôt plus d’un an, le phénomène Open Data avance en France avec la mise à disposition gratuite de données par les collectivités locales ou encore des entreprises privées.

C’est pour moi l’occasion de faire un état des lieux sur les acteurs et les données (du point de vue du développeur mobile que je suis).

En 2011, c’est la ville de Rennes et la société Keolis Rennes qui offrent en premier des données libérées aux utilisateurs. Dans les jeux de données, on y trouve tous les chiffres officiels de la métropole rennaise mais aussi un grand nombre d’informations sur les transports en commun (bus, métro, vélo) ou des points d’intérêts locaux.
Pour attirer les développeurs à proposer des produits innovants un concours est organisé. Il permettra de faire naître de nombreux et divers projets d’applications et de services web qui aujourd’hui sont toujours disponibles pour les utilisateurs.
On notera la grande diversité des projets autour des transports en commun, Rengo, TransportRennes, L’arrêt Public, un enjeu majeur pour les collectivités aujourd’hui.

Petit retour : L’OpenData à la loupe par A2BProductions

Nous sommes en 2012, d’autres collectivités et sociétés ont décidé de mettre à disposition des données les concernant. On citera entre autres Data Gouv, les villes/métropoles de Bordeaux, Montpellier, Nantes, Toulouse, Paris, les départements/régions de Saône-et-Loire, Loire-Atlantique, Gironde et aussi des entreprises comme la SNCF ou Keolis Rennes.
L’association Libertic propose une cartographie des initiatives OpenData sur Flickr et un suivi quotidien de l’actualité Open Data en France.

Cela fait bientôt une année que l’OpenData émerge et déjà nous découvrons quelques limites ou désintérêts des acteurs.
Certaines entreprises n’arrivent pas encore à fournir des données exploitables aux développeurs ou collectivités et ont du mal à essayer de les corriger grâce aux retours utilisateurs sur les forums dédiés.
Prenons l’exemple de Nantes métropole qui propose sur son site Nantes Open Data les données de la société SEMITAN, qui gère le réseau de transports. Depuis le lancement de NOD, les développeurs n’ont cessé de demander l’amélioration des données des bus qui sont mal exportées pour le réseau. Le dernier exemple en date, les horaires des services bus d’été sont représentés dans un fichier des plus de 3 700 000 lignes, énorme, alors que les horaires d’été des bus de TBC Bordeaux représentent près de 1 200 000 lignes. Qui pense que Nantes a trois fois plus de passages de bus que Bordeaux?
Les développeurs continuent donc de demander des données exploitables et font même grève sur leurs projets (mon cas sur Rengo Nantes, impossible d’utiliser 3 million d’horaires pour deux mois d’exploitation).
Ce premier point reste perfectible et souligne l’engagement pris par les fournisseurs de données dans la démarche OpenData. Il s’agit pour eux de fournir des données de qualité afin que des projets de qualité puissent voir le jour et faire en quelque sorte la promotion des données des services.
On remarquera que certains services issus de l’Open Data sont plus performants que les sites officiels comme en témoigne le tweet de Sylvain.

Le second point est plus problématique. Il s’agit de la « fraicheur des données ». En effet, certaines données (horaires de bus par exemple) nécessitent d’être mises à jour plus ou moins régulièrement contrairement à d’autres (état civil par année…). L’importance de l’engagement des collectivités et plus particulièrement des fournisseurs de données est indispensable tout comme celui des développeurs.
Utiliser l’Open Data, c’est presque être lié moralement avec le fournisseur des données, le développeur et les utilisateurs.
Exemple récent à l’appui, les horaires d’été des transports en commun de Nantes et Bordeaux n’ont pas été communiqués aux développeurs à temps et les utilisateurs ont trouvé service-clos au lancement des applications ce lundi. Ainsi, Transports Bordeaux développée sous Androïd par Yan Bonnel, s’est vue sans horaires pour ses 6750 utilisateurs tout comme Rengo sur iPhone. Heureusement, les développeurs ont relevé ce manque d’informations et ont vite communiqué sur les forums et fils Twitter des collectivités/entreprises. Bordeaux (TBC via S. Dugue) a répondu et mis à disposition les données en milieu de journée (soit une coupure pour les utilisateurs de plus ou moins 12 heures) et Nantes ce mardi midi. Une excellente réactivité même si les nouveaux jeux de données auraient pu être mis à disposition plus tôt.
Pour information, Keolis Rennes propose ces données GTFS avec un délai de 15 jours-1 mois avant leur exploitation.

Malgré quelques dysfonctionnement sur les jeux de données « statiques », l’OpenData est un réel succès et avancement pour l’accès aux données en temps réel. Pas de coupures, une information toujours à jour et un suivi (je pense) plus assidu de la mise à disposition des données par les prestataires. Les acteurs ont visiblement bien intégré la notion de Qualité de service.

D’autres entreprises, comme la SNCF, ont lancé un portail de consultation à destination des développeurs et utilisateurs afin d’élaborer des jeux de données utilisables, pertinents et proposent même des jeux de données en test.

Dans les mois qui viennent, nous pourrons encore constater que l’Open Data avance bien et souligner les efforts des collectivités ou entreprises qui prennent part au jeu. Je vous invite à participer aux nombreux évènements en France, notamment l’OpenData Week, et à vous rapprocher des cantines numériques pour débattre du sujet (Rennes, Nantes, Angers, Paris, Toulouse, Strasbourg et toutes les autres cantines sur reseaudescantines.org).

Rengo Bordeaux
Rengo Bordeaux 
v3.2.5 - 26.0 Mo - Gratuit 
Benoit Deldicque

Rengo Saône-et-Loire
Rengo Saône-et-Loire 
v3.2.1 - 2.4 Mo - Gratuit
L'application n'existe plus sur l'App Store 

Locomote - métro bus & vélo
Locomote - métro bus & vélo 
v1.2.3 - 3.4 Mo - Gratuit
L'application n'existe plus sur l'App Store 

Bus de Rennes en poche
Bus de Rennes en poche 
v2147483647 - 11.8 Mo - Gratuit
L'application n'existe plus sur l'App Store 

Auteur: Benoit DELDICQUE

Actuellement en poste sur Strasbourg, je suis en charge de la conception et la réalisation d'applications iOS pour iPhone, iPad et iPod touch.

Articles similaires

2 commentaires

  1. Pour revenir sur la non mise à disposition des horaires d’été pour TBC Bordeaux, à la différence de Rennes, c’est la Communauté d’Agglomération (CUB) qui opère la plate forme Opendata…. Les horaires d’été étaient bien générés au format GTFS par Keolis depuis le 20/06 (GoogleTransit était bien à jour)… par contre c’est dans la publication des informations sur data.lacub.fr qu’il y a eu un hic !
    A Rennes c’est plus simple car Keolis a sa propre plateforme Opendata et est donc maitre de la publication des données.
    Personnellement je pense que c’est la meilleure solution, surtout dans le cas de mise à disposition de données temps réel (ce qui n’est pas encore le cas pour les données TBC à Bordeaux).

  2. Pour rappel, l’OpenData de la CUB est encore en expérimentation, dans la mesure où nous sommes en train de boucler notre bilan.

    Il se trouve qu’actuellement nous endossons la responsabilité de mettre en ligne les données « externes » (i.e. venant de nos prestataires comme Keolis), et cela a ses limites, ce qui a été le cas cette fois-ci. À noter que c’est la seule fois où les données transport n’ont pas été mises à jour à temps.

    Le bilan va permettre d’apporter de la visibilité, et peut-être de mettre en place les ressources pour un mode de travail de production.